• Category Archives Article
  • Mini PC pour l’astronomie

    Bonjour,

    Depuis un bon moment que je cherchais une solution minimaliste PC pour contrôler mon télescope. Oui mon laptop Core 2 Duo marche encore très bien, mais il est gros, lourd et consomme beaucoup en électricité. Il ne m’offre pas tout ce dont j’ai besoins, alors j’ai dû ajouter un hub USB à mon kit.

    L’autre jour je furetais sur FB et une connaissance nous présentait un tout petit ordinateur, le Minix NEO Z8304 Pro, il n’y a aucune pièce qui tourne, aucun ventilateur de refroidissement, il vient avec Windows 10 Pro 64 bit préinstaller. Doté d’une mémoire vire (RAM) de 4GB (Partager avec la carte graphique), d’une espace de stockage interne de 32 GB et d’une fente d’extension Micro SD. Coté USB rien à redire, 3 ports USB 2.0 , 1 port USB 3.0, quand même plus que satisfaisant! Coté connectivité, Dual-Band 802.11ac Wi-Fi, Gigabit Ethernet Port, Bluetooth 4.2, HDMI, Mini Display Port. La beauté de la chose, il fonctionne sur le 12 volt directement pas d’adaptateur est donc nécessaire et pour un poids total de 367g.

    Novabench. Qu’est-ce que Novabench, c’est un logiciel qui une fois installe sur votre ordinateur testera : la carte graphique, le CPU, la mémoire, le disque dure, les accélération graphique et j’en passe, mais le plus important c’est que cela vous donneras un pointage et avec ce pointage vous serez en mesure de comparer avec un autre ordinateur. Dans mon cas, mon Novabench pour mon laptop d’astronomie était de 332. Il était important pour moi d’avoir égale ou supérieur à ce pointage. A ma grande surprise avec le Minix j’ai obtenu un pointage de 394. WOW !!! Je suis content. Voici en détails les deux Novabench.

    A la fin de l’installation de Windows, j’avais 10,4GB de libre sur 32GB, j’ai donc fait un bon nettoyage disque et j’en ai également profiter pour dés installer quelque software non utile pour l’astronomie. Après ce nettoyage je me suis mis à installer mes softwares et drivers.

    • ASCOM 6.3.
    • EQMOD.
    • Starshoot Auto Guider.
    • PHD2
    • ZWO ASI1600MM-C.
    • ZWO Filter Wheel.
    • QHY Polemaster.
    • Moonlite focuser.
    • TemperHUM.
    • GPS Driver pour le GPS Skywatcher. (Beaucoup de difficulté à le faire marcher avec les nouveaux driver Prolific, j’ai dû prendre les Drivers Prolific 3.2)
    • Aniltak pour mon Spike-a-Flat avec contrôleur USB.
    • Sequence Generator Pro 3.0.1.0.

    Après avoir tout installé et fait quelque mise à jour Windows, j’ai de nouveau fait un bon nettoyage disque. J’ai aussi installer une carte Micro SD de 64GB. J’ai configurer Sequence Generator Pro pour qu’il sauvegarde mes images directement sur la carte Micro SD, de cette façon je peux à la fin de la nuit retiré la carte Micro SD et avec l’adaptateur SD l’insérer dans mon MacBook et puis sauvage sur mon SSD local ma nuit d’imagerie.

    Pour ce qui est de comment je contrôle le tout s’il n’y a pas d’écran !! Bon pour le setup initial et ce jusqu’à la configuration des paramètres réseau pour la prise de contrôle à distance, j’ai utilisé mon écran d’ordinateur avec une connexion HDMI avec un clavier et souris USB externe. Depuis je ne me connecte qu’en remote. Un autre plus pour cette ordinateur, c’est qu’il maximise la résolution selon l’appareille avec s vous vous connecter dessus, ce qui veux dire qu’il ne repositionne pas tous les icônes qui se trouve sur le bureau. Que je me connecter avec mon MacBook Pro, mon iPad Air 2 ou via mon iPhone 8+, j’ai toujours la qualité graphique optimum. J’utilise RDP natif de Windows 10 pro avec l’application Microsoft Remote Desktop. Jusqu’a maintenant c’est la meilleure solution et la plus simple. Oui il est vrai que j’ai dû assigner une adresse IP statics a mon Minix, et oui j’ai dû ouvrir des ports dans mon router, mais maintenant que je sois à la maison ou ailleurs je peux me connecter à distance sur mon système qui est d’ailleurs sécurisé avec un USERNAME et un PASSWORD. Également pour faciliter mon travail astro-photo quand je suis en nomade, j’ai un router que je traine avec moi dans le champ et qui a les mêmes adresses que mon router à la maison, donc pour mes ordinateurs que je sois à la maison ou dans le champ, les adresse IP demeure les mêmes.

    Le grand jour est arrivé ou j’ai monté le kit dans mon garage et j’ai alimenter mon kit et le Minix, bien sûr que je n’ai pas tout connecter les divers accessoire USB d’un coup ! je voulais prendre le temps de bien configuré chacun. Alors j’ai fait comme suit ;

    • J’ai connecter EQMOD, via mon adaptateur BT que j’ai moi-même confectionner. Le Minix possédant une connexion BT interne, a facilité cette tâche et à libérer un port USB.
    • Par la suite j’ai connecter le GPS, oh boy !!! Merci Microsoft de rendre les appareils désuets même s’ils ne le sont pas… avec vos super nouveau driver ! Masi après un bon 3 hrs je suis parvenue à faire l’installation de veux driver PL-2303 et tout à commencer à bien fonctionner.
    • J’ai branché en USB 3.0 ma caméra ASI1600MM-C qui offre HUB USB, ce qui par le fait même à connecter la roue a filtre et la camera de guidage car je suis en OAG.
    • J’ai branché le TemperHUM.
    • J’ai débranché le GPS pour branché le Polemaster une fois installé je l’ai aussi débranché et branché le contrôleur USB qui contrôle mon panneau a flat.
    • J’ai finalement branché dans le port USB restant le Moonlite focuser!

    WOW !!!! TOUT MARCHE !!!

    Je suis encore plus que satisfait et vraiment étonner de voir la fluidité et la rapidité de connexion en remote.

    Voici ce que ça donne avec le support que j’ai adapté pour aller sur la dovetails.

    Dernière minutes : les soirs du 19 et 20 mars dernier je voulais profiter du beau temps pour faire mes premières images avec mon Minix. Mis à part quelque bricole de dernière minute à faire comme ajuster la longueur des fils, tout attacher les fils et bien sûr refaire le balancement du kit… Bien j’ai éprouvé de gros problème, et je dois vous dire que j’ai un peu dis de vilain mot sur mon désir de toujours changer ce qui marche ou marchait ! EQMOD, plantait et faisait geler ma session. Le soir du 19 mars, j’ai donc abandonner, car a -7°C ce n’est pas le temps de commencer à taponner et perdre patience ! Le soir du 20 mars, bien je me suis efforcer de répliquer le problème et de mettre le doigt sur le problème, mais encore là, a -6°C, disons que je n’ai pas eu toute ma patience ! Alors le soir du 21 j’ai tout remonter mon kit dans le garage et j’ai travaillé sur la possible cause identifié les deux soir précédent. Donc mon EQMOD qui marche en BT, bien cessais de fonctionner et faisait planter ma session. Après avoir valider les configs avec mon laptop astro, et de valider les drivers, j’étais rendu à devoir appliquer une recette de démarrage des différents softwares et j’en étais rendu à 3 plantages ! Le soir du 22 je voulais tout valider, mais il me restait une chose à faire, sois d’installer un petit adaptateur USB-BT pour m’assurer que ce n’était pas un problème de BT avec la carte du Minix, non le même problème ! Alors je me suis souvenu que sur mon laptop astro, j’avais déjà vécu des moments difficiles au tout début et cela était dû à l’anti-virus ! Mais a mais je n’ai pas d’anti-virus sur mon Minix… Oh mais minutes… Les gentilles personnes de Microsoft on gentiment forcer l’installation de Windows Defender… Alors j’ai tout désactiver… Eureka ! Plus rien plante et j’ai roulé tout plus de 2 hrs sans plantage ! Alors voilà, il faut désactivé l’anti-virus et/ou Windows Defender ! Alors voilà, il faut désactiver l’anti-virus et/ou Windows Defender ! Si j’observe autre choses je vais venir l’ajouter.

    Bon ciel a vous tous.

     

     


  • Camping Astronomique

    En cette période cela sera drôle de lire cet article, mais en réalité, c’est le bon temps de l’année pour planifier votre camping-astro.

    Le camping-astro, consiste à partir au minimum une nuit, avec tout le kit d’astronomie ainsi que l’attirail de camping, et le but étant d’aller s’installer là où il fait noir! Tout au long de cet article, je prendrai en référence mon site, une vieille piste d’aviation désaffecter au beau milieu de la Réserve faunique de La Vérendrye. (Zone de pollution lumineuse noire)

    Choix du Site : 

    Le site doit être sélectionné de façon à être en mesure de se rendre en toute SÉCURITÉ vous et votre équipement! Bon certain trouverons cela drôle, mais vous ne devez pas avoir à faire du 4X4 pour vous rendre à votre site. Il faut faire de la reconnaissance aussi!! Dans le sens que Google Maps est mon ami, et rien de mieux que de partir en balade, question de voir ce que le site potentiel a l’air. C’est de cette façon que je me suis trouvé un endroit entre Mt-Tremblant et St-Donat en zone de pollution lumineuse verte (1.5 h de chez moi). Dans mon cas, cela me prend environ 4 h pour me rendre à mon site (la vieille piste) et ceci inclus un arrêt à Mt-Laurier.

    Cet endroit offre plusieurs avantages non négligeables : Moins de 100 mètres de la route principale, Réseau cellulaire de bonne qualité, ± 12 minutes de service $$ (Essence, dépanneur, douche, buanderie), le dernier et non le moindre un ciel noir!

    N.B. : toujours très important de demander la permission, peu importe l’endroit.

    Planifier :

    Étant donné que je dois faire 4 h de route, je ne veux pas me river le nez sur un ciel rempli de nuage pour tout mon séjour. Donc il faut être en mesure de bien analyser les différentes sources météorologiques qui nous sont offertes. Également vu que je vais dans une Réserve faunique, je dois avertir de ma présence et le cas échéant acquitter mon droit de séjour. Je dois aussi prévoir qu’aucune source électrique n’est disponible, alors il faut avoir une source d’énergie (Accumulateur, génératrice ou panneau solaire). Dans mon cas j’ai 3 batteries deep cycle (accumulateur décharge profonde) et j’apporte également ma génératrice portative de 2000W, elle sert à recharger batteries. Également il faut prévoir tout ce dont vous aurez besoin selon la longueur de votre séjour ; eau potable, toilette portative, nourriture, façon de disposer temporairement des déchets. Encore une fois dans mon cas, pour l’eau potable je peux facilement faire 2-3 jours sur un 20L d’eau potable que j’apporte de chez moi. Pour la toilette j’utilise des sacs spéciaux avec une chaudière. Les déchets je les place dans un sac a ordure que je ne laisse jamais trainer et la nuit de l’entrepose pour ne pas attirer les bêtes sauvages.

    Équipement :

    L’équipement sera défini selon la saison de votre séjour. Au printemps tôt et/ou à l’automne, les besoins ne seront pas les mêmes qu’en plein été sous un soleil de plomb a 35°C. Il vous faut au minimum une tente ou autre abris pour être capable de dormir. Par la suite un bon sac de couchage adapté aux températures de votre sortie, un bon tapis de sol est aussi un minimum. Il vous faudra chaise, table, glacière, poêle au combustible, chaufferette au combustible, un abri pour avoir de l’ombre en été (parasol de plage peux aussi faire le travail), un abri moustiquaire peux aussi rendre le séjour des plus agréable. Pile de rechange pour vos différents appareils (lampe frontale, lampe de poche, ou autre). Moi quand je pars, j’ai pour environs 650-700 lb de matériels!!!! Oui oui!! Sachez que je pars en général 2-3 nuits, que j’apporte mon kit d’astro, ma tente observatoire Kendrick, chaises de camping, 2-3 tables, poêle au propane, chaufferette de 18K Btu au besoin, 20 lb de propane, tout le nécessaire pour faire à manger, nourriture, breuvage, génératrice, pelle, hache, extincteur au cas où, linge de saison et du linge plus chaud, sac de couchage, lit de camp, bref il ne me manque pas grand-chose et je m’occupe de mon confort! J’apporte même une machine à café qui fonctionne sur le 110V, question d’avoir du bon café.

    Conclusion :

    Le secret dans toute cette belle aventure, est de pensée sécurité, une bonne planification, faire des checklists pour ne rien oublier! Il ne faut pas non plus exagérer l’équipement, mais il faut quand même un minimum. Toujours avertir des proches de nos intentions de départ et retour en leur indiquant bien où nous voulons aller.

    Les trois dernières années / été j’ai eu beaucoup de plaisir lors de mes sorti Astro-Camping, Il est vrai que tout n’était pas parfait la première fois, chaque fois mon expérience est de mieux en mieux et je sais mieux préparer mon kit selon la saison / température. J’ai toujours été en règle avec les endroits visités et en harmonie avec mon environnement. Je repars toujours avec tous mes déchets. Il m’est arrivé bien sûr quelque fait cocasse, mais cela fait partie des petits plaisirs de mes sorties. Comme la première fois à La Vérendrye, un chien (nommé Astro par nous) a passé les deux nuits avec nous, pour se rendre compte que c’était le chien d’une famille d’indien vivant à proximité. Un des Indiens ma déjà demander un lift pour aller chez son cousin a 10 min de voiture (j’ai accepté parce que je n’étais pas tout seul, j’étais avec un bon ami) et l’été dernier, un pilote d’hélicoptère a dû se poser à proximité de nous en raison du mauvais temps, il a été mon premier client pour un bon café Tassimo …


  • Colloque CCD 2017 disponible en rediffusion

    Bonjour à tous,

    Le 25 novembre dernier se tenait le 20ième colloque CCD.  Beaucoup de présentation de haut niveau dont une, prodigué par nul autre que Dr Gaston Baudat à propos de son invention, le « On Axis Guider » ou ONAG.

    Voici la liste des présentations.  Cliquez le titre pour voir la présentation en rediffusion.

    Sommes toute, des présentations de haut niveau.  Bravo à Denis Bergeron et son équipe pour ce magnifique colloque.

    J’ai déjà hâte à celui de l’an prochain.  Mais avant ça, il y aura le congrès de la FAAQ 😃.

    Yanick Bouchard


  • Première « Dark Nebula »

    Bonjour,

    Lors de la nouvelle lune d’octobre, je suis allé dans la Réserve Faunique de La Vérendrye pour bénéficier d’un ciel complètement noir pour me faire les dents sur une nébuleuse sombre (Dark Nebula). Je dois avoué que je n’étais pas complètement sure de mon affaire. L’objet m’avais été suggérer par Yanick, qui me disait; ca passe ou ca casse! Apres un premier sub de 20 minutes, j’étais convaincue que je parviendrais a avoir du data pour en faire quelque choses. Disons que la météo s’annonçais difficile, dans le sens que nous étions en période de grand vent quand je suis arrivé avec Normand sur le site. Le vent était si puissant que ma tente ce couchait pratiquement au sol. Mais nous avons été tenace bon ok j’ai du data mais pas aussi bon que je l’aurais voulu en raison de la transparence… Mais somme toute j’ai une belle image a vous présentez.

    Alors voici donc ma première image d’une Dark Nebula, LM44 ou Bernard 18.

    LM44
    LM44 ou B18

    De Francois Tasse: LM44 ou Bernard 18 (B18) Nébuleuse Noire (Dark Nebula) dans la constellation du Taureau, à 460 Année Lumière, Telescope Skywatcher Quattro 250 CF f/4, focal de 1000mm, monture Skywatcher NEQ6 Pro, Guider Orion Star Shoot sur ZWO OAG, Filtres: LUM 5 images de 1200 secondes, Red 7 images de 1200 secondes, Green 9 images de 1200 secondes, Blue 5 images de 1200 secondes, exposition total de 8 heures 40 min. RAW calibré avec bias(200), darks(100) et flats(4X25). ZWO ASI1600MM-C avec ZWO Filtre wheel. Acquisition autonome avec SGPro. Température du capteur, -20°C. Pré-traitement et traitement: PixInsight, Images capturées le 19 et 20 octobre 2017 , du site d’observation dans la réserve de la Vérendrye, QC (ciel complètement noir).

    Un merci tout spécial a Yanick, qui a su me donner de bon conseil avec PixInsight.


  • Robofocus – Outil flexible de mise au point automatisée

    Bonjour à tous,

    François m’encourage (notez le mot « encourage ici ») depuis déjà un bout à écrire à propos de l’utilisation d’un robofocus que je fais avec des lentilles caméra conventionnelles.  Et bien voici.

    Il y a plusieurs produits sur le marché pour automatiser ou motoriser la mise au point d’un télescope.  Lors que j’ai choisi le mien, je voulais quelque chose en mesure de se monter sur un mécanisme régulier de télescope de type Schmith Cassegrain, mais également en mesure de pouvoir être monté pour automatiser la mise au point d’une lentille caméra. Le robofocus est parfait pour ça. Voici mon montage:

    De haut en bas, vous avez:

    • Lunette guide 50mm Orion avec caméra Starshoot;
    • Lentille 70-200mm de Canon; avec caméra ASI 1600MC COOL;
    • Moteur Robofocus avec courroie monté sur bague de mise au point de la lentille;
    • Contrôleur Robofocus.

    Pour ceux intéressés par cet assemblage, le numéro de produit incluant la longue courroie, le moteur, le contrôleur, ainsi que les briquettes d’assemblage, vis, etc. est inclus dans le montage « Mandel Setup – Full RF3 System, Part # RF3M. Le tout se détaille 495$ et ça inclut le contrôleur à 330$.

    Dans mon cas, j’avais déjà un contrôleur, j’ai donc contacté le manufacturier directement et Jeremy de chez Robofocus a été très gentil en me faisant un assemblage maison.

    En plus d’être compact, facile à assembler et facile d’opération, ce montage permet une automatisation complète de la mise au point. Personnellement, j’utilise Sequence Generator Pro (SGP) qui prend tout le processus de capture en charge, incluant la mise au point automatique. Pour votre information, après expérimentations, les paramètres que j’utilise pour le robofocus monté sur une bague de lentille est un « backlash » de 10 unités et un « step size » de 6 unités.

    Pour faire une mise au point, SGP capture des images successives en prenant soin de bouger la position du focusseur entre chaque itération.  À chaque fois, le logiciel calcul le demi-rayon de flux, dit en anglais: Half Flux Radius (HFR). Cette mesure est un indice de la grosseur des étoiles trouvées dans l’image.  Plus petites sont les étoiles, plus bas est le HFR moyen d’une image et plus proche de la mise au point on se trouve.  Voici donc un petit vidéo montrant une routine de mise au point automatisé sur le montage ici représenté:

    En espérant que cet article vous sera utile, n’oubliez surtout pas de nous laisser des commentaires.

    Si vous trouvez que ce blogue est informatif et distrayant, notez que vous pouvez être avisé d’une publication automatiquement en remplissant la section « Abonnez-vous à ce blog par e-mail » que vous trouverez à droite.

    Je vous souhaite des cieux dégagés et bien sombres!

    Yanick


  • Résolution de problème et l’astronomie

    Bonjour à tous,

    Combien de fois par année ou par nuit d’astronomie que nous éprouvons des difficultés ? Puis toute suite sans trop trop réfléchir sans trop posé de question nous prenons action. Problème résolut et la nuit continue… Jusqu’à la prochaine fois ou l’autre d’après ou le problème reviens !

    En fait il faudrait prendre le problème et le résoudre pour trouver « La Cause Racine » pour définitivement fixer ce problème qui au final proviens peut-être d’un autre problème jamais vraiment résout !

    La base de toute résolution de problème est de pouvoir échantillonné ou « Mettre de la Science » derrière le problème… Dans le sens que par exemple ; « ça m’arrive souvent », ok mais c quoi souvent ? ou encore « Chaque fois que je vais à cette endroit rien marche » ! Bref il faut être en mesure de mesurer tout pour au final arriver à déterminer si nous mettrons les efforts à la bonne place.

    Voici mon histoire… Elle n’est pas finie encore mais voilà quand même !

    Depuis que j’utilise Sequence Generator Pro, que je remarque que mes étoiles on des doubles « spike ». Ceci est arriver aussi eu même moment que j’ai découvert une branche de mon spyder de secondaire complètement loose avec le secondaire légèrement tilté. Ce soir-là j’étais à Mt-Tremlant, il faisait froid et je me suis dit quand je remonterai mes miroirs pour les nettoyé je fixerai le tout. 18 mois plus tard… Rien n’a encore été fait.

    J’ai fait quelque sorti depuis le mois de juillet puis mes photos me dérangent encore, je sais (je crois) que ma collimation est en cause. Tout me laisse croire cela. En effet voilà 4 semaines j’ai démonté mon spyder et je l’ai recentré et collimater… Je n’ai pas de Cheshire, alors j’utilise une ancienne capsule vide de film 35mm avec un pin hole. Alors mon problème est la ! A ce même moment un astronome amateur qui a un kit semblable au mien se procure « ZE » système de collimation…. Alors voilà pour 500$ je vais résoudre mon problème… Mais étant quelqu’un qui ne dépenses pas vite fait… « BUY NOW » humm pas pour moi…

    J’ai poster une image NGC6888 en NB et belle image, mais, car je suis toujours au mais… la maudite collimation me fatigue encore… Bon ok, a après la nouvelle lune d’octobre je commande le kit de collimation, je démonte mes miroirs et je fais la job de bras ! Mais voilà que sur Astro Québec, deux personnes me pointe un problème de focus…. Ben la… non voyons mon problème est ma collimation… Voyons me semble que c’est évident…. Pourtant, non !

    Alors voilà ce que j’ai appris dernièrement… Pour faire une bonne résolution de problème il faut pouvoir quantifier, mettre des chiffres, faire des statistiques, mettre de la Science pour prouver hors de tout doute que mon vrai problème était la collimation… Mais la… Les deux personnes m’apportent un deuxième problème ! Ben non voyons ! J’le sais moi mon problème est la collimation ! Bon ok, ma collimation a toujours été fait pareil… Bon je call un meeting avec Yanick pour en discuté… Il me dit que maintenant que j’en parle du focus que oui à l’œil comme ça ma dernière image a en effet un petit quelque chose. Alors il s’offre de m’aider avec l’analyse de tous mes LOG FILES de SGP, tant qu’A moi je dois sortir mes paramètres actuelle d’auto focus et chercher dans mes images quand le problème est apparu. Alors ok, je vais sortir ma dernière image fait avec le bon vieux mask de Bathinov… BANG ! Une image plutôt simple mais avec de bien même très belle aigrette fine ! Je partage l’info avec Yanick… Il s’avère que je n’ai jamais configurer de valeur backslah dans mon système, alors cela peut-être la cause… Mais je devrai faire des tests. Car seul les LOG on pas permit de mettre le doigt sur la cause racine.

    Je vais devoir faire des tests dans les prochains jours. Je vais laisser le système faire l’autofocus et par la suite je ferai le focus avec le mask de Bathinov. Je pourrai alors comparer les valeurs obtenue pour chacun de mes filtres.

    Donc pour toute suite ce n’est pas finis, je vais mettre de la science dans mon problème pour voir si là maintenant je détiens le bon problème…

    A suivre….


  • Première bande étroite

    Bonsoir a tous,

    Une toute première image en bande étroite capturé de ma cour en zone de pollution lumineuse rouge.

    J’ai profité du beau temps qui sévis actuelle au Québec pour sortir le kit d’astro dans ma cour et de faire du Narrow Band (NB). Cela faisait quelque soirée test que j’effectuais pour trouver mon temps de pose.

    Alors les 16 17 septembre dernier j’ai tout installé et programmé ma séquence dans SGP, la cible NGC6888.

    Je vous présente donc ma version de NGC6888 en NB avec la palette HOS (R=Ha, G=OIII et B=SII).

    NGC6888_NB_HOS

    De Francois Tasse: Telescope Skywatcher Quattro 250 CF f/4, focal de 1000mm, monture Skywatcher NEQ6 Pro, OAG Orion Star Shoot sur ZWO OAG, Ha 7 images de 1200 secondes, OIII 7 images de 1200 secondes, SII 7 images de 1200 secondes, exposition total de 7 heures 0 min. RAW calibré avec bias(200), darks(100) et flats(25). ZWO ASI1600MM-C, température du Capteur, -20°C, gain à zéro. Acquisition autonome avec SGPro. Pré-traitement et traitement: PixInsight, Images capturées le 16 et 17 sept 2017 , de Blainville, QC (zone de pollution lumineuse rouge).


  • Eclipse Solaire

    Le 21 aout dernier nous avons eu une éclipse partiel du soleil, au Quebec.

    j’en ai donc profiter pour faire quelque photo, avec mon DSLR et une lentille de 300mm f/4 + filtre solaire Baader et avec mon télescope muni aussi d’un filtre solaire Baader fait maison de 2po, que je fixe sur le bouchon qui ce trouve sur le couvercle du télescope. Quelques photos de mon setup. Je dois aussi dire que j’avais monté et aligné mon télescope la soirée du dimanche soir (20 aout).

     

    Alors je vous présente 2 images prise au maximum, de l’éclipse. Première photo prise au DSLR et la deuxième prise au télescope. Également je joint le lien d mon timelapse, que j’ai réaliser avec 1749 photo prise au télescope.

    Maximum de l’éclipse prise au DSLR + lentille de 300mm.
    Maximum de l’éclipse prise au télescope.

    Bon visionnement.


  • La petite histoire de mon OAG

    Tout à commencer par un beau soir d’hiver après la réception et la configuration de ma camera ASI1600MM-C de ZWO. J’ai dû sortir mon kit d’astronomie pour faire quelque test, vous savez… Valider le focus, valider que tout marche avec les différents softwares… Étant aussi rendu avec une roue a filtre et des filtres a bande étroite… Je me devais de faire des tests de longue exposition avec mon kit. Par le passé j’avais fait une image IC1848 avec ma Canon T3i + un filtre Ha avec de très bon résultat, autant l’image que la rondeur de mes étoiles (donc le guidage était selon mes log files très bon).

    Après avoir effectué mes soirées de tests, je me suis rendu compte que certaine étoile était pas tout à fait ronde, par contre mes log files de guidage était vraiment exceptionnel ! Oui oui exceptionnel et ça va devenir important dans l’histoire. Je parle donc de cela avec Yanick et je lui partage mes log files. Quelque jour plus tard, Yanick me revient en me disant « Wow Frank, ton guide est exceptionnel… Mais tu sais quoi… Ça ce peux pas ! Car quand trop exceptionnel, cela veut dire que ça ne guide pas comme ça devrais !!! »

    En passant je guide mon télescope un Skywatcher Quattro 1000mm f/4 avec une Starshoot de Orion et un Miniguide scope de Orion aussi de 162mm f/3.2, donc un ration de 1:8,54 et le meilleur étant sous 1:4)

    Je devais remédier à mon problème et descendre le ratio… Je me suis mis à regarder ce qu’il y avait sur le marché, Guide scope de Orion 60mm (240mm focal) ou plus gros… Puis un grain de sable arriva dans l’engrenage…. Le OAG… Le Off Axis Guider, est une bague avec un prisme (en rouge) qui se positionne entre la roue a filtre et le télescope… L’image de guidage est prise par un petit (vraiment petit) prisme ce qui en fait la solution presque parfaite mais avec un champ d’étoile très réduit ! Certain dirons un ration de 1:1 mais pour un gars comme Yanick les fractions compte… Donc un ration de 1:1,38. (En jaune le capteur de la ASI1600MM-C, en rouge le Prisme et en vert l’ouverture de 36 mm du filtre , ici le LUM)

     

    Alors je me suis commander une OAG de ZWO pour une meilleure intégration avec mon ensemble caméra / roue a filtre également de ZWO. Après quelle jour d’attente, j’ai reçu mon OAG. LE soir même j’ai assemblé le tout et je faisais mes calcul… Petit bémol je dois avoir 55mm entre le capteur de la caméra et mon coma correcteur de Baader. Je n’y suis pas arriver simplement que je pensais, j’ai dû contacter le vendeur ! Je lui ai fait parvenir un message texte via Messenger de FB et à ma grande surprise le dimanche en soirée j’avais ma réponse. Alors j’ai tout remanier les bague d’adaptation et tout pour finalement arriver à 55mm. Alors GO on test et on fait le focus…

     

    J’ai ouvert ma porte de garage car tout mon kit était monté dans le garage et je me servais d’une céramique qui retiens un fil d’Hydro-Québec sur un poteau. Une fois le focus de la caméra imageur, je me suis attaqué au focus du guider. Il faut dire qu’il n’y a pas de focusser comme sur un télescope mais vis et devis pour faire coulisser le guider. Malheureusement je n’y suis pas parvenu, il me manquait environs 5mm de back focus. Alors ça me prend une bague d’espacement qui visera entre le tube de 1,25 po et le guider… Ou vais-je trouvé ça a 23 :00 un dimanche soir… Je me résigne donc à attendre le lundi matin et téléphoner à nos place d’astro.

    Lundi matin, je suis sauvé, LMDA ont une bague de 7,5mm je pourrais donc aller chercher la bague l’installer et continuer, donc au lieu d’être au max back focus, je serai un peux plus in, ce qui est bien.

    Nous sommes rendu a 6 jours après la réception du OAG… Jeudi soir je reviens de LMDA et il fait beau… alors GO j’install ça! En moins de 15 min via le garage et en pointant toujours la céramique, le focus de la camera imageur est super ainsi que le guider. Ok, j’le fais, je démonte tout et re-monte le tout dehors pour tester live… 45 min plus tard je suis up and running… Je pointe un objet, et je regarde via PHD2… merde je vois rien ! Alors je joue avec le focus et up une belle image apparaît dans PHD2, mais plus rien dans la camera imageur… je valide… j’ai 5mm de trop en back focus… (car quand j’ai tout monté la caméra, le OAG, la roue a filtre et le guider, la distance entre le prisme et l’imageur dois être égale à la distance entre le prisme et le capteur du guider… ) Je démonte le guider, enlevé la nouvelle bague de 7,5mm, remet la caméra imageur au focus et là encore vis/de vis pour faire le focus du guider… En 10 min, je suis parvenu à avoir un bon focus. Je pars des tests de guidage… Mais là je trouve pas d’étoile pour le guidage, rien ne marche… J’entre tout ! Je me dis que je vais tout retourné et au pire, ça sera autre choses qui dort sur la tablette.

    Yanick, me demande le vendredi comment les tests ont été et si vraiment tout était mieux… Je lui ai tout expliquer et il me demande ou pointais-tu lors de tes tests ? Ben j’étais proche de la polaire, et je ne trouvais pas d’étoile… Il m’a souligné que dans cette région que c’était pas mal normale de ne pas avoir beaucoup d’étoile et que je devais tester ailleurs, une autre région.

    Le vendredi soir profitant encore d’une pas si pire soirée, j’ai tout ressortie et cette fois, yes j’ai des étoiles. Alors je peux enfin tester le guidage et wow le guidage est sur le « KOSH ».

    Depuis le début de l’écriture de cette article et la parution final, j’ai testé ce que pouvais me donner mon kit avec mon guidage… Bien voilà que mon kit peut me donner des 30 min (1800 secondes) en Ha en pleine zone de pollution lumineuse rouge. Voyez pas vous même le résultat.

     


  • VOS horizons dans VOS logiciels planétariums

    Allo,

    Depuis plusieurs années déjà je me proposais de faire cet article. Et bien voilà. Voici comment insérer vos propres images d’horizons dans SkySafari pour iOS ou pour Mac OS, ainsi que dans Stellarium. Vous trouverez au bas de cet article, quelques images pour SkySafari et archives zip pour Stellarium, prêtes à être utilisé.

    Capturez votre horizon et sauvegardez dans le format adéquat:

    • Vous aurez besoin d’une photo « sphère » 360°. Je vous recommande d’utiliser un téléphone intelligent ainsi que l’application Street View de Google. Cette dernière inclut une fonction « caméra à 360° » qui fournira exactement le fichier requis. N’oubliez pas de commencer la capture de votre « sphère » par le sud. L’application devrait automatiquement utiliser la boussole interne de votre téléphone pour assurer une bonne précision d’alignement.
    • Une fois l’image générée, vous aurez besoin de rendre le ciel « transparent », de convertir l’image en format PNG supportant la transparence, ainsi que de réduire la taille de l’image à 1024 x 2048 ou 2048 x 4096. SkySafari supporte très bien les images de haute résolution, mais Stellarium encourage les images de plus basse résolution tel que 1024 x 2048. La porté de cet article n’inclut pas comment faire cette opération. Par contre, je vous donne comme piste de solution que vous pouvez utiliser Pixelmator, Photoshop, Gimp ou bien l’application native « Aperçu » dans Mac OS;
    • SkySafari importe directement ce fichier PNG donc pas besoin d’autre chose;
    • Par contre, pour Stellarium, vous aurez besoin d’un fichier .ini décrivant comment utiliser cette image. Vous trouverez ici des instructions pour générer ce fichier. De plus, le fichier PNG et .ini devra être compressé dans une archive ZIP.

    SkySafari pour Mac OS:

    • Ouvrir SkySafari;
    • Sélectionnez l’onglet Horizon;
    • Sélectionnez « As realistic image » et cliquez le bouton « + »
    • Sélectionnez votre image.

    SkySafari pour iOS:

    • Pour iOS, vous aurez besoin de passer par iTunes et votre ordinateur pour pousser le fichier vers votre « iPattente ». Donc, branchez votre « iDevice » et lancez iTunes sur votre ordinateur;
    • Dans l’interface d’iTunes, vous devriez voir l’icône de votre iDevice. Sélectionnez là;
    • « Apps » de la barre à gauche;
    • Déroulez cette page jusqu’au bas. Ne vous faites pas berner, il y a beaucoup plus de choses que les « Applications installées sur votre iDevice » dans cette interface;
    • Au bas de la page, vous devriez avoir une section « Partage de fichier ». Dans la liste des applications, sélectionnez « SkySafari ». L’interface vous montrera les fichiers relatifs à SkySafari présentement sur votre iDevice;
    • Cliquez sur le bouton « Ajouter » au bas à droite et sélectionnez votre fichier d’image en format PNG;
    • Dans certains cas, vous aurez besoin de « synchroniser » votre appareil en cliquant le bouton à cette fin en bas à droite;
    • Le fichier est maintenant disponible et vous pourrez le sélectionner sous la section « Horizon and Sky » dans les « Settings » à l’intérieur de l’application sur votre iDevice.

    SkySafari pour Android:

    • Encore plus simple puisque vous n’aurez pas besoin de passer par iTunes;
    • Envoyez-vous l’image par moyen quelconque (Ex.: par courriel);
    • Dans ce courriel, tapez le fichier d’image, et sélectionnez « ouvrir avec, SkySafari »;

    Voici quelques horizons que j’ai accumulés. Je vous encourage FORTEMENT à m’envoyer vos images et paquets si vous désirez contribuer à cette liste.

    Description

    Format

    (PNG pour SkySafari et ZIP pour Stellarium)

    Club d’astronomie Bois de Belle-Rivière-Mirabel (CABBRM) PNG     ZIP
    Observatoire de la pourvoirie Saint-Zénon PNG
    Painted Pony Resort, Rodeo, NM, USA PNG

    Et à titre de « teaser », voici un aperçu de la vue qu’aura mon nouveau pilier à télescope chez moi.  Oui, oui, l’horizon n’est pas très bon. Mais c’est le prix à payer pour avoir le privilège d’habiter près d’une très belle forêt. Au moins, mon horizon du est-sud-est à l’ouest est bien dégagée.

    Et voici une vue de l’observatoire au Club d’astronomie Bois de Belle-Rivière-Mirabel (CABBRM)