Les Pléïades – M45

Bonjour

Je vous présente le résultat de ma dernière sortie avec Frank dans le coin de Tremblant.  Une soirée avec un petit vent tannant en début de soirée et une soirée très humide.  Lors de cette soirée, j’ai décidé de tenter ma chance sur les Pléïades.  Je n’ai pas trouvé évident de choisir mon temps d’exposition.  J’ai fait le choix d’un temps qui ne saturait pas le coeur des étoiles brillantes.  Je n’étais pas certain de ce choix.  Je voulais faire de plus longues pauses, mais 60 secondes semblaient le maximum que je pouvais faire sans brûler le coeur des étoiles.  J’ai pu récolter un 2 heures de données.

J’ai aussi trouvé le traitement difficile.  Je ne voulais pas saturé le coeur de mes étoiles lors du traitement.  Ceci m’a amené à faire de multiples masques et au final m’a amené à me limiter au niveau de la saturation de certaines étoiles.  J’aurais aimé saturer davantage certaines étoiles.  De plus, c’est la première fois que je me retrouvais avec des halos d’étoiles brillantes (réflection dans la lunette j’imagine) à gérer lors du traitement.  Incapable de rien faire avec ça après plusieurs tentatives.  J’ai donc décider de faire attention à mon traitement pour qu’ils soient le plus doux possible au niveau de ces halos.  Les Boyz je suis ouvert aux suggestions sur celle-la.

 

M45.  Les Pléïades - Amas ouvert dans la constallation Taurus
M45. Les Pléïades – Amas ouvert dans la constallation Taurus

De Yves Gauthier : Au foyer primaire d’une lunette Takahashi FSQ-106 EDX III, Monture CGEM DX, autoguidage avec Starshoot et PHD. 120 images de 1min pour 120 minutes d’exposition totale. RAW calibré avec 200 Bias, 100 Darks et 25 Flats. Canon T3i, capteur non-modifié, Iso 1600. Acquisition autonome avec Backyard EOS. Température extérieure de 0°C. Prétraitement et traitement avec Pixinsight. Image capturée le 2015-11-09 de Mont-Tremblant (Qc). Zone de pollution jaune-verte.


3 Responses to Les Pléïades – M45

  1. Avatar François Tassé
    François Tassé says:

    Salut Yves,

    Une belle image que tu nous présente ici. Une pas facile comme on dirait! Je suis d’Accord avec toi que c’est pas facile le choix du temps de pose et le ISO! Un choix déchirant même. Le vent ne semble pas avoir trop affecter ton image. J’aime beaucoup ton cadrage, et par le fait même ton image. Je sais combien elle a été difficile.

    Bravo, tu as réussi a faire une belle image.

  2. Avatar Yanick Bouchard
    Yanick Bouchard says:

    Salut Yves,
    Tout d’abord, très belle image. Comme François l’a souligné, j’aime aussi beaucoup ton cadrage et le résultat final.
    Maintenant, j’aimerais te rassurer sur une chose: ne t’inquiète pas, ce n’est pas une réflexion interne de ta lunette. Ce que tu vois, ce sont les réflexions sur les couches de filtre sur ton capteur de caméra. Et si tu portes bien attention, il y a plusieurs cercles concentriques dans ce halo.
    Chaque fois qu’il y a une couche sur un capteur, c’est une chance à ce que la lumière rebondisse dessus. Il y a deux filtres en avant de ton capteur. Un antipoussière, et un IR/UV cut. Avec la surface du capteur, ça fait deux couches, ou trois interstices. Dénommons les interstices par la lettre «i».
    Supposons que i1 est entre le capteur et le IR/UV cut, i2 entre le IR/UV cut et l’antipoussière, et i3 entre l’antipoussière et l’air au-dessus de ton capteur. La lumière peut passer tout droit: ça, c’est ton image. La lumière peut se refléter sur i1 (le capteur), puis en se reflétant sur I2, revenir sur le capteur: ça, c’est le cercle concentrique dans le halo. D’autres rayons frapperont sur i1, et reviendront par i3 (le plus grand halo). Et il y en a même qui vont faire des chemins bizarres (i2, i3, puis capteur. i1, i3, i2, i3 puis capteur) créant d’autres cercles, sans compter l’espace entre les capteurs (Ex: i2’, i2”). Plus le chemin parcouru par la lumière est long, plus grand sera le halo.
    Le seul moyen de s’en sortir: avoir un capteur nu.
    Tu peux voir le “avant” et le “après” de ce phénomène avec ma tête de cheval versus ma IC 1318
    Pour ton info, une réflexion interne à ta lunette résultera en des étoiles fantômes dans ton image.
    Maintenant, pour ton traitement: as-tu essayé d’utiliser les outils courbes? C’est l’outil de prédilection pour traiter l’image sans bruler les étoiles. De plus tu peux le faire travailler en luminance, en saturation, etc. Avec ces outils, tu peux te permettre un signal plus élevé, tout en pouvant bien travailler tes étoiles.
    Somme toute, une image très belle, mais qui aurait bénéficié d’un temps d’exposition plus long pour aller chercher plus de signal. À mon avis, il ne faut pas utiliser le centre des étoiles comme choix de temps d’exposition. Le centre de l’étoile n’a aucun détail à nous montrer. Ce n’est pas comme bruler le centre d’une galaxie ou d’une nébuleuse. Là, tu veux éviter de bruler, car les détails seront perdus. Et avec l’outil courbe, ça évite d’avoir des étoiles “rose peppermint”, vertes, ou bleu au final, et ce, sans masques. J’ai appris beaucoup avec mes images de M45, de M42, de M31, et de IC 1318.
    J’espère que je ne t’ai pas ennuyé par la longueur de mon commentaire. C’est juste qu’il faut le temps pour expliquer les choses et garder ça instructif pour les lecteurs de notre blog.
    Et en passant: Je te félicite d’avoir sorti aussi tard l’automne! Je sais à quel point tu n’aime pas avoir froid. J »espère sortir avec toi une fois cet hiver :-) !

  3. Avatar Yves Gauthier
    Yves Gauthier says:

    Merci les gars. Un gros merci Yanick pour ce commentaire détaillé. Ton commentaire m’a permis de comprendre la provenance des halos. J’ai égarement hâte qu’on discute de l’outil courbe pour les étoiles. Ça me parle beaucoup. Pour sortir en hiver ce n’est pas encore gagné. ; ) À plus les Boyz.